top of page

Un peu de moi :)

Aujourd'hui, je te parle un peu de moi, car ce sera plus facile pour toi de me confier ton image si tu me connais un peu plus.

Photographe à Lyon

Crédit photo : Solenne Jakovsky


Claire, bélier de presque 26 ans, addict aux cookies et passionnée de danse.

Dans la vie, je suis plutôt empathique, sensible et bienveillante. J'aime rire et faire rire avec des blagues nulles car ce sont les seules que je retiens. J'apprends de plus en plus à être moins intransigeante avec moi-même, et à exprimer davantage ce qu'il y a dans ma tête.

Je fais en sorte de toujours voir ce qu'il y a de positif dans mes journées, et j'aime amener les personnes que je côtoie à le faire pour les leurs.


J'ai grandi en Savoie et j'ai emménagé à Lyon en 2015 pour mes études.

Points positifs de la ville :

  • retour aux montagnes en moins de 2 heures,

  • une tonne d'évents autour de la danse,

  • la Praluline (la bouffe, c'est la vie !).

L'intérêt pour la photo m'est venu assez jeune, et s'est renforcé au lycée, en partie grâce à mon prof d'arts plastiques qui avait installé un labo argentique dans la salle de cours. C'était réellement GÉNIAL ! Cette époque-là et toutes ces heures passées au labo restent parmi mes meilleurs souvenirs.


À cette période-là, j'étais obnubilée par le fait des faire des images, de capter ce que je voyais, des plus petits détails aux larges paysages :

Un câble de cabine téléphonique, l'agencement des rochers, les animaux, les gens, des spaghettis dans un bocal, des reflets, etc. Tout était prétexte à faire une photo, vraiment tout.

J'emmenais mon appareil partout avec moi, comme s'il était greffé à ma main, et j'étais attentive à tout ce que j'avais devant les yeux. Puis j'ai compris que les disques durs pour stocker toutes ces photos, c'est un sacré budget... Alors je me suis calmée.

gif

Au même moment, dans ma pratique de la danse, je m'intéressais à la capacité du corps à exprimer des émotions à travers un mouvement, dans des torsions et des équilibres improbables.


C'est là qu'est venu mon envie de mêler mes deux passions : la danse et la photo.

J'ai donc troqué les spaghettis et les oiseaux contre les possibilités du corps humain. Et je me suis investie là-dedans à 200%.

Et, vraiment, ça m'a fait un bien fou ! Le fait de prendre en photo la danse m'a procuré de l'excitation et du kiff de l'ordre du viscéral. C'était ça, j'avais trouvé ce qui me faisait réellement vibrer.


2015 : emménagement Lyon et entrée au BTS photo.

Deux années riches en découvertes et en apprentissages, avec des stages auprès de différent·es professionnel·les pour voir le métier "en vrai".

C'est un peu comme si un autre monde s'ouvrait à moi : la photo de studio, le packshot, l'architecture, etc. J'ai beaucoup appris au niveau technique et expérimenté durant ces deux années, et ça m'a conforté dans l'idée que je voulais faire de la photo mon métier.


En parallèle, je travaillais pour des amis sur leur festival de danse Hip hop. 1 fois par an, 2 à 4 jours de reportage, et un minimum de 3 000 photos par jour. Autant dire que je me suis fait la main là-dessus.

Après quelques années, et alors que je n'avais pas encore pensé à monter mon entreprise, je reçois un message : "On veut te rémunérer correctement pour ton travail, et on aura besoin de factures".

*joie joie stress panique*


Bonjour les démarches administratives et tout le package de peurs et de galères qui va avec.

Je t'épargne les échanges laborieux avec la Chambre des métiers, les réunions qui ne servaient pas à grand chose à part payer le parking et un Stage de Préparation à l'Installation qui m'aura pris un mois et plus de 200€ pour voir exactement la même chose qu'au BTS, en moins bien. Bref.

Finalement, après plusieurs semaines de remises en questions et de doutes, c'était bon.

30 Janvier 2018

la consécration, la récompense tant attendue : recevoir enfin mon numéro Siret !

gif

Je ne pourrais pas t'expliquer le soulagement intense et la joie profonde que j'ai ressentie quand j'ai reçu l'enveloppe.

Sauf que j'étais très heureuse d'avoir franchi cette étape, et en même temps assez flippée de tout ce que ça signifiait : faire des factures et des contrats en bonnes et dues formes, chercher des clients, créer des prestations, gérer des paiements, savoir quelles déclarations faire à qui et à quel moment, etc.

gif

J'étais tellement stressée et fatiguée rien qu'à l'idée de devoir faire tout ça que j'ai laissé traîner les choses pendant plus d'un an. Un job de vendeuse en CDI, c'était quand même vachement moins prise de tête ! Enfin, c'est ce que je croyais...

Plusieurs changements hiérarchiques et une (presque) dépression plus tard, j'ai quitté cet emploi stable pour me lancer à 100% dans la photo, à mon compte. C'était en Mai 2019, quelques semaines avant la saison d'été.


Un peu par hasard, j'ai trouvé un boulot en photo-filmage au col du Galibier, entre Valloire et Briançon.

Je suis arrivée fin Juin, dans un lieu que je connaissais pas, avec des gens que je ne connaissais pas, pour faire un boulot qui ne ressemblait pas à ce que j'avais déjà essayé jusque-là. Le flou artistique total. Rajoutons à ça ma timidité et mon manque d'assurance et *ding ding ding* : pompon sur la Garonne ! J'avais donc peur de tout cet inconnu, mais j'étais fière d'avoir réalisé ça toute seule.

J'ai photographié les cyclistes et les motards qui montaient et descendaient ce col jusqu'à fin Août. Quelques 100 000 photos en deux mois, des coups de soleil et de grandes pintes pour faire passer tout ça. On adore.

Cette saison m'a tout de même assez bousculée, elle m'a fait sortir de ma zone de confort et parfois mis ma patience et ma bienveillance à rude épreuve. Elle m'a aussi permis de me découvrir, de savoir ce que j'étais prête à accepter ou non dans mes relations pros et persos.

Et malgré toutes les difficultés, j'en garde de bons souvenirs, de belles rencontres et d'importantes leçons. J'ai aussi de sacrément belles photos, faut bien le dire !

Suite à ça, il m'a fallu plusieurs mois pour me sentir prête à me lancer et à travailler à mon compte.

Et depuis 2020, je travaille chaque jour pour vivre de cette passion et apporter une expérience de qualité aux personnes qui me confient leur image.

Le portrait, la danse et le reportage : 3 pôles qui me donnent chacun un aspect de la photo qui me nourrit intensément. Le contact humain, chercher les émotions, les petites expressions fugaces, ces détails qui font l'instant. Comme quoi, on en revient aux détails que je m'appliquais tant à photographier au départ !


Depuis 2021, j'explore aussi le côté plus thérapeutique de la photo avec les Portraits de femmes qui complètent et satisfont mon envie d'apporter de la douceur au monde ♥

Témoigner de la beauté unique, de l'histoire, de la résilience et de le force de chacune des femmes qui viennent à moi pour passer un moment rien qu'à elles. Un shot de bonheur ☼

Quand j'y pense, ce métier me permet de rencontrer des personnes adorables, d'ajouter ma pierre à leur édifice, de participer à des projets variés, de découvrir des univers parfois diamétralement opposés qui me plaisent pourtant autant les uns que les autres. Il me permet aussi de grandir chaque jour en élargissant ma zone de confort et en posant mes imites ☼

Je suis vraiment heureuse de pouvoir vivre tout ça, et de le partager avec vous, avec toi !

gif

Voilà, je crois que je t'ai dit l'essentiel !

Si tu as des questions sur mon parcours, mes études, la mise en place de mon entreprise ou autre, je serais ravie d'en discuter en commentaire, par mail ou message privé. Alors pense à m'envoyer tes questions ! :)


Je te souhaite une belle journée, et prends soin de toi ☼



0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page